• Facebook - White Circle
  • Blanc Vimeo Icône
  • Twitter - Cercle blanc
  • Instagram - Cercle blanc

CONTACT

L'Ineffable Théâtre

contact@ineffable-theatre.fr

07.82.13.21.73

© 2016IneffableTH

ATELIERS : DIDASCALIE, L'AUTRE LANGUE DU THÉÂTRE

L'INEFFABLE THÉÂTRE

Lyon Physical Theatre

Option 1

16h | 2 journées de 8h

Option 2

30h + 1 présentation publique

« Le talent ? Entrer sur scène et sourire. » Cette phrase de Barbara résume les enjeux de Didascalie, l’autre langue du théâtre.

 

Les ateliers proposent aux participants de revenir aux origines de la création d’un spectacle : un corps apparaît, un corps apparaît toujours et le public le regarde. Ils consistent pour moi de partager les outils et matériaux dont je me suis emparé depuis 2016 lors des représentations de Didascalies (une pièce que j’ai créé avec les interprètes de L’Ineffable Théâtre, aujourd’hui encore en tournée) et mon expérience d’enseignement de la pratique de la scène à l’Université Lumière Lyon 2. Toutes les séances commencent par un échauffement collectif et pop pour réveiller le corps, lâcher prise, apprendre à se sentir libre, se sentir soi et se préparer à jouer ! Jouer, réfléchir après ! Laisser parler le corps, accepter de se faire surprendre par son propre corps. Entre la danse et le théâtre Didascalie, l’autre langue du théâtre invite les participants à chercher, de manière ludique, les relations physiques entre les êtres, et pour chacun d’eux, chercher un langage physique qui lui est propre. Les didascalies, puisées dans le répertoire des auteurs vivants internationaux, sont des points de départ pour créer de courtes situations de jeu. L’improvisation corporelle et la réception sensorielle sont les bases de ce travail. Les ateliers s’intéressent à la personnalité de chaque participant, faisant de chacun la matière originelle du jeu sur scène. La finalité est que les participants se sentent en
confiance et libres en toutes circonstances. 

Exemple d’une séance de travail 

 

Après l’échauffement je propose une série d’exercices « d’associations d’idées » conduisant les participants à des réactions gestuelles libres et instinctives. Je demande aux interprètes amateurs de ne pas se soucier du temps, de se perdre volontairement et sereinement dans leurs gestes et leurs actions. Parce que danser c’est se surprendre. Leur proposition s’arrête lorsque je lance une nouvelle « association d’idée ». J’interdis aux participants d’utiliser la parole et de se faire mal. Mais je leur rappelle, à plusieurs reprises, que tout ce qui n’est pas interdit est autorisé. Après cette série d’exercices, nous appliquons la même règle du jeu aux didascalies. Cette fois-ci je leur demande d’associer les didascalies de leur choix (dans un catalogue découvert en amont et en groupe) à des souvenirs ou des sensations qui leur son propre.